Sur la route: Trujillo

Après un voyage en bus de 9 heures depuis Lima, on arrive à Trujillo tôt dans la matinée. C’est une ville de taille moyenne avec un grand centre-ville delimité par une rue circulaire qui en fait le tour. Encore à moitié endormis, on se met en recherche d’un endroit où rester la nuit et où laisser nos sacs à dos pour pouvoir explorer la ville.

Alors qu’on se rapproche du centre-ville, on se rend compte qu’il est ce jour-là interdit aux voitures. Parfait! On se réjouit de faire le tour de cette grande zone piétonnière.

On se dirige en premier vers la Plaza de Armas (toute ville péruvienne semble en avoir une) où on peut admirer une grande église couleur jaune canari. Il est encore très tôt mais toute la ville semble s’être retrouvée sur la place, en petits groupes différenciables par les uniformes qu’ils portent; on voit un groupe d’infirmières en blouse blanche, des femmes plus agées en tailleur rose, des jeunes scouts, des militaires aux visages peints en noir… Ce n’est apparemment pas un dimanche commes les autres à Trujillo!

Plaza de Armas

La parade commence, menée par le groupe des militaires. Puis un chanteur apparaît sur la scène installée sur la place et se met à chanter (faux) des chansons de reggeaton sur une bande son d’assez mauvaise qualité.

Ne comprenant pas vraiment ce qu’il se passe, on se met à la recherche d’une auberge recommandée par un des guides que l’on a avec nous. On trouve l’endroit après 20 minutes de marche et la jeune fille qui nous ouvre la porte a l’air surprise de voir des touristes.

Elle nous fait finalement entrer dans le garage et monte directement à l’étage sans rien nous dire. Après un quart d’heure, elle redescend accompagnée de deux autres jeunes et nous demande de les suivre là-haut. On les suit pendant qu’ils discutent entre eux de quelle chambre nous donner. Ils passent encore quelques coups de téléphone avant de nous attribuer la chambre 203, qu’ils ont du mal à trouver, bien qu’elle soit juste derrière eux. Bizarre.

Il nous font encore une fois attendre alors qu’ils y refont le lit avec des draps qui ont l’air d’avoir été récemment utilisés. Ça commence à faire beaucoup de détails louches et on décide de vite trouver une excuse pour pouvoir trouver mieux.

On tente alors de trouver le deuxième endroit recommandé par le même guide, en vain; un commerçant de la rue nous confirme que cette auberge a fermé il y a plusieurs années. On en conclut que notre guide n’est définitivement pas au point pour Trujillo, et nous continuons notre recherche qui commence à devenir franchement longue!

On opte finalement pour une auberge très sympathique qui s’appelle “Los Mochileros”, où on se prend un mini bungalow privé pour environ 10€. En plus, je tombe complètement sous le charme de Chan-Chan, la chienne sans poils de l’auberge.

Durant notre court séjour à Trujillo, nous avons beacoup marché dans la ville. Tout comme Lima, la ville est pleine de bâtiments colorés et compte plusieurs églises. Et cette fois, on a le soleil!

Près de Trujillo se trouvent deux temples qui ont été découverts relativement récemment: Huacas del Sol y Luna. Ils se trouvent à 15 minutes du centre en “combi”, un minivan qui prend et laisse les passagers le long d’une route définie. C’est le transport le plus économique et utilisé de la ville.

La Huaca de la Luna est ouverte au public, bien qu’il reste encore beaucoup de travail aux archéologistes. Les couleurs des dessins sur les murs du temple sont très bien conservées, dû au fait que le temple soit resté enseveli sous le sable pendant des centaines d’années.

Les murs de la Huaca de la Luna

A notre retour des Huacas, on tombe nez à nez avec un musée de jouets. Pourquoi pas?

La collection de jouets est très complète et plutôt intéressante, même si la salle des poupées fait plus penser à une maison hantée qu’à un musée.

De retour à l’auberge, on y retrouve un groupe de voyageurs venus des quatre coins du monde, et on discute avec quelques locaux jusqu’à tard dans la soirée. On réalise qu’il y a beaucoup de choses à voir au Pérou, probablement plus que ce qu’on pensait. Par quoi commencer? Ou plutôt, par où? 

En tout cas, on est sûrs d’une chose: on veut encore plus de soleil, et la plage. N’étant pas encore prêts pour l’hiver, on prend un bus de nuit vers Máncora, un village apprécié par les surfeurs sur la côte au nord du Pérou, près de l’Equateur.

Advertisements

Categories: Articles en français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s