Dans le désert de sel d’Uyuni

Depuis le début de notre voyage, nous attendons avec impatience de pouvoir visiter le fameux désert de sel d’Uyuni. C’est un endroit unique sur notre planète et internet regorge de photos impressionnantes de cette étandue de blanc.

Nous arrivons à Uyuni dans la soirée et à peine sortis du bus, une femme nous approche et nous vend son tour du désert de sel qui part le lendemain. Normalement, nous refusons catégoriquement d’écouter les démarcheurs aussi insistants, mais cette femme est convaincante: elle nous liste clairement tous les sites qu’on verra, elle nous promet que notre chauffeur ne boit jamais et qu’il conduit prudemment, puis nous montre le 4×4 dans lequel on serait qui a l’air en très bon état. Comme dernier argument, elle nous offre la nuit d’hôtel ce soir-là. Finalement, on accepte et on se met d’accord sur un prix; elle nous conduit à la banque, nous lui donnons son liquide et elle nous laisse à notre hôtel.

La ville d’Uyuni est située dans une plaine d’altitude élevée, où il fait chaud pendant la journée et très froid pendant la nuit. Cette petite ville reçoit un grand nombre de touristes tout le long de l’année venant comme nous visiter le désert de sel se trouvant à quelques kilomètres seulement. Uyuni est également très fière de faire partie du parcours du Paris-Dakar 2015.

Comme convenu la veille, nous attendons que le 4×4 vienne nous chercher à 10 heures du matin.

Alors que nous commençons à penser que nous sommes tombés sur une arnaque et qu’il n’y a pas de tour, le 4×4 apparait enfin. Nous sommes sept au total: le chauffeur/guide, une fille colombienne, un jeune suisse-allemand (Benjamin), un couple de français (Priscille et Damien), et nous.

On s’arrête en premier au cimetière de trains, à quelques minutes d’Uyuni. On réalise lorsqu’on arrive que nous sommes partis pour quelques jours de tourisme de masse; plusieurs dizaines de 4×4 sont déjà garés et des centaines de touristes sont en train de se prendre en photo avec des trains datant de la fin du 19ème siècle. Tant qu’à faire, on se prête au jeu aussi.

Nous nous arrètons ensuite dans un petit village qui vend des souvenirs faits en sel du Salar. On achète un cendrier pour la forme et on trouve un chaton trop mignon avec qui jouer en attendant de remonter dans la voiture.

Le 4×4 nous emmène ensuite à l’entrée du désert de sel où des ouvriers empil le sel pour qu’il sèche avant de pouvoir être transporté. Nous rejoignons les autres touristes dans un concours de la meilleure photo.

Finalement, le chauffeur nous conduit en plein milieu du désert de sel. Le manque de perspective du lieu est l’occasion de prendre d’autres photos un peu bêtes de ce genre:

Mais de quoi le désert de sel est-il vraiment constitué?

Pour commencer, ce sel n’est pas comestible ce qui est dommage pour nous, puisque notre chauffeur n’a pas de sel de table à nous donner pour nos repas.

Le sel du Salar est un mélange de sodium, lithium, magnesium et potassium. La couche la plus superficielle est constituée de 4 mètres de sel au dessus d’un mètre d’eau. En dessous, il y a 2 autres mètres de sel, et tout au fond, un mélange d’eau et de sable. Le sel s’auto-régénère grâce à un processus d’évaporation qui crée également des figures hexagonales sur la surface.

Le désert de sel d’Uyuni recouvre plus de 10000 km2 et représente la plus importante source de lithium au monde (environ 40% des réserves mondiales).

Nous sommes à présent en début d’après-midi de notre première journée et notre chauffeur nous laisse déjà à notre hôtel pour la nuit. Bonne nouvelle: l’hôtel se trouve au pied d’un volcan multicolore. Mauvaise nouvelle: il faut au moins six heures pour monter au sommet.

Puisqu’on a pas grand chose d’autre à faire, nous décidons tous de commencer l’ascension pour voir jusqu’où nous pouvons arriver avant le coucher du soleil.

Heureusement, nous rencontrons un chiot en chemin qui décide de nous suivre.  Notre groupe se sépare après deux heures; Austin et Benjamin décident de marcher le plus vite possible pour monter plus haut, et de mon côté, j’opte pour la visite d’une cave où se trouvent des momies à quelques centaines de mètres du sentier principal.

De retour à l’hôtel, notre groupe se retrouve à table pour dîner. Nous partageons l’hôtel avec deux autres groupes, qui discutent avec leur guide respectif du programme du lendemain autour d’un dîner appétissant.

Quant à nous, nous sommes seuls, notre guide étant reparti à Uyuni pour récupérer d’autres touristes dans l’après-midi, et notre repas consiste en tout et pour tout de spaguettis avec une poignée de champignons par personne. Nous commençons tous à douter de la qualité de notre tour.

Frustrés de ne pas avoir pu atteindre le sommet du volcan le premier jour, Austin et Benjamin décident de retenter leur chance et de commencer l’ascension à 3 heures du matin, afin de revenir à temps pour midi, heure à laquelle notre chauffeur doit nous récupérer.

Je n’entends même pas le réveil sonner mais les aventuriers sont ponctuels; les voilà prêts à l’heure, sous plusieurs couches de vêtements pour se protéger du froid.

Le chiot du premier jour les rejoint, mais cette fois-ci il ne les suit pas plus loin, sentant peut-être que la route serait trop difficile pour lui. 

Austin et Benjamin sont à peu près à mi-chemin lorsque le soleil se lève et diffuse une lumière orange sur le volcan.

Ils marchent rapidement et arrivent à la dernière section du sentier, qui est de plus en plus pentu. Ils sont désormais à environ 4700 mètres d’altitude et commencent à avoir du mal à retrouver leur souffle.

Ils sont heureux d’arriver au sommet, à plus de 5000 mètres, avec vue magnifique sur le désert de sel.

Alors qu’ils entament leur descente, ils se rendent comptent qu’ils peuvent surfer la montagne en glissant sur les pierres (et Austin déchire une de ses chaussures durant l’expérience). 

Austin et Benjamin reviennent à l’hôtel quelqus heures plus tard, et le groupe se retrouve au complet pour attendre le guide qui arrive finalement avec deux heures de retard.

Notre groupe est reformé pour les trois journées restantes. Nous partageons désormais notre 4×4 avec le couple de français et deux argentiniennes, Raquel et Graziella.

Les nouvelles arrivantes se rendent vite compte que notre guide ne fait pas grand chose à part conduire. Nous sommes tous les six frustrés de devoir constamment lui demander de nous expliquer ce que nous voyons et où nous allons.

Mais ça a finalement peu d’importance. Nous nous trouvons dans un endroit incroyable avec des paysages à couper le souffle, donc nous gardons tous notre bonne humeur.

Notre premier arrêt de la journée est une “île” au milieu du désert de sel recouverte par des cactus géants.

Il est temps de sortir du désert de sel pour pouvoir explorer la région autour, appelée Sur Lipez. On s’arrête au Valle de las Piedras, où peuvent s’escalader des pierres géantes (avec la fumée d’un volcan en arrière-plan).

On voit ensuite un lac habité par des flamants roses.

Puis un autre site avec des grandes formations rocheuses, qu’Austin explore avec joie.

Puis un énorme lac rosé, où se trouvent trois types de flamants roses.

On a l’impression de visiter une autre planète. Entre deux arrêts, on parcourt de longues distances en 4×4 à travers le vide.

On passe notre deuxième nuit dans un hôtel de sel. C’est moins impressionant que ça en a l’air, puisque les briques de sel ressemblent en fait beaucoup à des briques normales. Mais l’hôtel est beaucoup plus comfortable que celui du jour précédent, et le dîner s’est amélioré. Cependant, notre guide fournit toujours le minimum. On l’invite à prendre un verre de vin à notre table pour lui donner l’occasion de nous parler un peu plus. Il nous remercie et finit le verre en deux gorgées sans même s’assoir puis s’en va.

C’est officiel: nous n’aimons pas notre guide et le sentiment semble être réciproque.

Nous nous levons le lendemain à 4 heures pour aller visiter des geysers très impressionnants. Les jets sont chauds, ne sentent pas très bon et font beaucoup de bruit. Le paysage inspire à Austin quelques idées de photos.

Nous sommes sensés nous arrêter ensuite à des sources d’eau chaude mais nous décidons de passer notre chemin après avoir vu le monde qu’il y a.

Quelques kilomètres plus tard, le guide nous montre au loin des pierres aux formes étranges dans le Désert de Dali. Puisque nous avons sauté les sources d’eau chaude, nous lui demandons de nous y conduire. Il refuse en nous donnant une explication confuse.

Frustrés, nous lui demandons d’arrêter la voiture pour aller voir les pierres de plus près à pied. La moitié de notre groupe commence donc à marcher dans le sable.

Cela nous prend un certain temps de marcher jusqu’aux pierres et de revenir à la voiture. C’est à notre retour que le guide décide de nous annoncer pour la première fois que nous devons être à la frontière chilienne à 10 heures afin d’arriver à temps pour le bus qui nous emmène à San Pedro de Atacama, et que puisque nous avons pris trop de temps pour aller voir les pierres, nous ne pourrons pas nous arrêter au lac vert que nous étions sensés voir en chemin.

Damien perd patience et montre à notre guide le programme des attractions qui nous ont été promises avant de le jeter sur le tableau de bord.

On continue notre route en silence et nous apercevons au loin le fameux lac vert.

Le guide arrête la voiture brusquement et nous donne trois minutes pour prendre une photo. Trop loins pour pouvoir prendre une bonne photo, nous voyons à l’horizon les autres 4×4 s’arrêter juste au bord du lac…

Tout cela dit, notre guide n’a en aucun cas gaché notre expérience du désert de sel et de la région autour. Cette partie du monde est un endroit incroyable, et incomparable au reste de notre planète. Nous quittons la Bolivie avec d’excellents souvenirs des quatre derniers jours, malgré notre chauffeur. La preuve; nous ne pouvons même plus se rappeler de son prénom.

 

Advertisements

Categories: Articles en français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s