2 Le Peuple des Nuages

Ce deuxième jour, on se lève le plus tôt possible pour avoir le temps de prendre un bon petit-déjeuner, puis on s’installe dans un “colectivo” (taxi collectif) en direction du village de Tingo, où commence le sentier qui va jusqu’aux ruines de la cité de Kuelap, situées au sommet de la montagne. Le chemin qui nous attend est de 9 kilomètres avec une ascension de 1300 mètres. Notre guide écrit que cette randonnée est “difficile” mais “très gratifiante”.

Le sentier de Tingo à Kuelap

 

Encore de la montée, toujours de la montée…

Le chemin est très pentu, et le soleil tape fort. Heureusement, tous les deux kilomètres, il y a des huttes de repos où on se refuge pour trouver un peu d’ombre.

Il commence soudain à pleuvoir et le sentier devient très glissant. Le changement de température nous fait du bien, mais on avance beaucoup plus lentement.

Alors qu’on se rapproche du sommet, je trouve la première récompense à mes efforts:

On arrive aux portes de l’ancienne cité vers 16h et les employés du site sont surpris de nous voir arriver depuis ce sentier, plus habitués apparemment à voir les touristes arriver en bus depuis l’autre côté de la montagne. Ils nous préviennent qu’il nous reste une heure avant la fermeture et nous dirigent vers l’entrée.

L’entrée de Kuelap

On y est enfin et voilà notre vraie récompense. On est complètement seuls dans Kuelap, même les employés restent en dehors des portes de l’ancienne cité.

On se ballade entre les ruines de plus de 400 maisons et autres bâtiments en pierre remarquablement bien préservés. Il a apparemment fallu très peu de travaux d’excavation sur ce site, qui, là-haut dans les nuages, est presque dans l’état dans lequel il a été abandonné.

Depuis cette hauteur, on a une vue magnifique.

La cité de Kuelap comptait environ 3000 habitants, connus pour être de très bons guerriers; il se dit que les Chachapoyas sont le peuple qui a résisté le plus longtemps à l’invasion Inca, également dû au difficile accès à leur cité, ainsi qu’aux murs de 20 mètres qui l’entourent.

Chacune des maisons circulaires de la cité possède un espace surélevé qui aurait servi d’endroit pour élever les cochons d’inde.

Motif de décoration des murs des maisons

On continue d’explorer la cité en imaginant comment ça devait être de dormir sous les étoiles, entre les nuages, repus après avoir mangé deux ou trois cochons d’inde.

En se dirigeant vers un autre endroit du site, on remarque une silhouette au loin.

“Attends, c’est bien un lama là-bas?”

On n’est pas si seul que ça au final!

Une heure se révèle être juste suffisante pour explorer la cité. On prend des centaines de photos de nous dans les ruines prenant la pose à côté des lamas, et on quitte cet endroit incroyable.

Comment résumer le Pérou en une photo

 

La sortie de Kuelap

On demande alors au seul employé du site restant s’il y a un moyen de redescendre la montagne dans un véhicule.

“Vous devez redescendre à Tingo et y trouver une voiture qui va à Chachapoyas.”

Bon…… Ok, c’est reparti.

Il a arrêté de pleuvoir mais le sentier est encore glissant, et nous force à redescendre avec précaution. On trouve qu’on descend plus efficacement en se tenant la main et on décide d’adopter ce style jusqu’à destination.

Le soleil se couche et on finit notre descente à la lueur de la lune. A Tingo, il n’y a pas vraiment signe de transports en commun qui rentreraient à Chachapoyas. Alors qu’on commence à se demander si on va devoir passer la nuit ici, une famille nombreuse passe par ce petit village sur leur chemin vers Chachapoyas et accepte gentiment de nous faire une place dans leur van.

Ils nous interrogent sur notre voyage et nous demandent si on est familiers avec leurs coutumes locales, comme celle de mâcher les feuilles de coca. Ils ont l’air de nous trouver bien marrants au vu des rires qui éclatent à chacune de nos réponses. On se dit qu’on a eu de la chance de tomber sur cette famille si joviale, et on rentre à Chachapoyas le sourire aux lèvres. On se rend à l’auberge et on s’endort presque immédiatement, plutôt épuisés de notre journée.

Malgré notre fatigue, on décide d’effectuer la marche jusqu’au chutes d’eau de Gocta pour notre troisième jour >>> à Chachapoyas.

 

Advertisements

Categories: Articles en français

1 reply »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s