Notre semaine à Burning Man

Quel meilleur moyen que de commencer nos aventures par un petit tour du côté de Burning Man?

 

Burning Man, c’est tout d’abord beaucoup de préparatifs; et nous n’avions que quelques jours pour être aussi prêts que possible avant de nous rendre à la ville expérimentale et temporaire de Black Rock City.
 
Avant mon arrivée à San Francisco, Austin et son père nous ont construit une yourte, pour qu’on soit mieux isolés que dans une tente. Voici ce à quoi elle ressemble une fois montée dans le désert:
 
Nous avons loué un pick-up et l’avons rempli de toutes sortes d’objets plus ou moins étranges… des vélos d’enfants que nous avions repeints, des rouleaux et des rouleaux de tapis, des têtes de poupées, mille et un costumes, 10 litres de gin infusé maison, plusieurs centaines de canettes de bière, assez de guirlandes de LED pour décorer notre nouveau chez nous…  et nous voilà partis pour un voyage de plusieurs heures vers l’état du Nevada.
Notre voyage à travers les montagnes se passe bien jusqu’au moment où nous nous retrouvons bloqués derrière une file interminable de voiture, et nous sommes encore au moins à 50 kilomètres de l’entrée principale.
Après plusieurs heures d’avancées de 4 ou 5 kilomètres entrecoupées par à chaque fois près d’une demi-heure d’attente, on n’avance plus du tout à partir de 2 heures du matin. Nous acceptons notre sort et décidons de récupérer quelques heures de sommeil.

Le soleil se lève et n’apporte pas que de bonnes nouvelles; le matin nous accueille avec un orage. Plus personne ne peut officiellement plus conduire, puisque le désert s’est maintenant tranformé en un énorme terrain de boue impratiquable.

L’orage s’est arrêté, mais la radio de Burning Man nous annonce en boucle qu’aucune avancée ne sera possible tant que le sol n’aura pas séché, c’est-à-dire, pas avant le soir. Ok, on réalise alors que notre première journée à Burning Man va se dérouler dans la file d’attente!

On se fait donc des pantoufles avec des sachets de congélation pour pouvoir se dégourdir les jambes sans amasser des couches de boue sous nos chaussures.

Maintenant qu’il fait beau et que tout le monde dans la file semble accepter la situation avec le sourire, c’est l’occasion de faire connaissance avec nos voisins; on partage cocktails et grignotages, on fait quelques parties de pétanque et au final, nous passons une journée bien agréable.

Il est presque minuit lorsque la file redémarre, et nous pouvons enfin commencer notre vrai Burning Man.

On conduit jusqu’à notre campement et on retrouve Ryan, le meilleur ami de lycée d’Austin qui est en train de préparer un feu, et on se sent enfin à la maison. Les autres membres de notre campement arrive à leur tour et on partage nos (més)aventures de la veille et du jour-même. Notre semaine peut enfin commencer.

Il me semble très difficile de résumer et de décrire ce qu’est de se promener dans Burning Man durant la journée ou la nuit. C’est un ensemble de lumière, de sons, de gentillesse, de créativité et de familiarité… L’échelle des œvres d’art est incomparable et vraiment étonnante.

Burning Man est un festival qui dure une semaine, mais à mon avis il est plus juste de le décrire comme une ville plutôt qu’un évènement. Durant une semaine, ce désert hostile à la vie devient la 3ème plus grande ville du Nevada en terme de population. Le nombre de choses qui se passe simultanément et le fait de devoir explorer la ville pour créer son expérience rend cet endroit unique. Il existe tellement de façons de vivre un Burning Man.

Plusieurs choses deviennent nomales pendant cette semaine, comme la nudité, se “doucher” avec des lingettes pour bébés, un câlin en guise de bonjour, les longues conversations avec les personnes rencontrées, les nuits pleines d’étoiles, les impressionantes structures artistiques et les projets humoristiques de plus petites échelles, comme le camp d’élimination des Barbies:

Quelques moments inoubliables de cette semaine pour n’en citer que quelques uns ont été de voir les grandes stuctures comme Embrace et le Temple brûler, les heures passer à discuter et à se peindre mutuellement, et notre après-midi passée à préparer et à offrir nos gin-tonics infusés maison aux passants au coin de notre rue.

Malheureusement la semaine passe trop vite et il est déjà venu le temps de partir, et ne voulant cette fois pas se retrouver dans les embouteillages, nous partons tranquillement à 4 heures du matin, fatigués mais tellement heureux de notre semaine.

Quelques heures plus tard, nous arrivons aux abords du lac Tahoe alors que le soleil se lève, et nous nous accordons un petit-déjeuner à l’américaine pour nous revigorer. Nous manquons encore un peu de sommeil et nous nous endormons sur l’herbe, face à l’immensité du lac, prêts pour un nouveau chapitre.

Advertisements

Categories: Articles en français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s