Le Sud de la Patagonie: Punta Arenas et Torres del Paine

Comme vous le savez déjà si vous avez vu une carte de l’Amérique du Sud, le Chili est un pays très long et très étroit. Jusqu’à maintenant nous sommes descendus depuis la frontière bolivienne au nord jusqu’à Santiago et nous prenons à présent un vol jusqu’à la ville de Punta Arenas, à l’extrème-sud du pays, loin dans l’hémisphère sud.

Alors que l’avion descend, nous observons depuis l’hublot les eaux foncées de l’océan qui s’agitent sous le vent puissant de la Patagonie.

Une fois en ville, nous nous rendons compte que le prix de l’hébergement à Punta Arenas est très élevé. En plus d’être une section très touristique du Chili, c’est une région complètement coupée du reste du pays par des kilomètres de champs de glace.

Nous visitons pas mal d’auberges avant de trouver un prix raisonnable et nous nous installons finalement à l’Hospedaje Magallanes, tenu par un allemand installé ici depuis vingt ans et par sa femme chilienne. Nous y passons une super soirée à écouter des anecdotes sur la région racontées par des vieux amis du propriétaire, autour d’un barbecue convivial.

Nous nous rendons le lendemain au port pour rejoindre les parents d’Austin qui arrivent d’une croisière au Cap Horn.

On voit apparaître le père d’Austin dans le parking du port, nous faisant des grands signes de la main pour qu’on se dépêche de rentrer dans le van qui nous emmène à l’Explora Lodge et qui était sur le point de partir.

Nous voici plongés dans un nouveau rythme pour ces quelques jours en compagnie de la famille Desautels.

L’Explora Lodge est un luxueux établissement situé en plein milieu du fameux parc national Torres del Paine. Nous y arrivons après cinq heures de voiture à rouler à côté de grands champs plein de guanacos (animal sauvage cousin du lama) et de nandous (cousin de l’autruche).

Une fois rentrés dans le parc, nous voyons les fameuses tours rocheuses qui donnent leur nom au parc tandis que nous passons à côté de nombreux lacs aux différentes teintes de bleu et de turquoise. Le van se gare au lodge et on se rend compte que l’endroit est idéalement placé dans le parc, juste à côté d’une cascade et avec une magnifique vue sur les montagnes.

L’Explora Lodge est conçu pour les touristes de tous âges et de tous niveaux de condition physique. Leur concept est de combiner ce qu’ils appellent “le luxe des essentiels” et des activités extérieures à la carte tous les jours. Ce que cela veut dire: d’excellents repas, de magnifiques chambres, des employés ultra-attentifs et des guides que l’on retrouve chaque soir avant dîner pour décider de ce que l’on veut faire le lendemain. Tout est très bien organisé.

Pour le premier jour, nous décidons de faire une journée complète de randonnée très agréable qui finit par un tour en bateau pour se rapprocher du glacier Grey.

A notre retour au lodge, on décide de profiter des jacuzzis qui se trouvent au bord du lac (dans lequel Austin décide de plonger).

Pour le deuxième jour, nous ne sommes que tous les quatre avec un guide pour une courte randonnée afin d’observer la faune et la flore locale de plus près; on voit des renards, des guanacos, des nandous, et on espère même apercevoir un puma, même si cela est apparemment très difficile.

L’animal le plus commun est le guanaco; il y en a partout, guettant sur le haut des collines l’arrivée d’éventuels prédateurs.

Bon, on a pas vu de puma ce matin, mais ils sont manifestement bien là:

Dans l’après-midi, nous allons rejoindre les gauchos (“cowboys” de Patagonie) pour un barbecue. Les gauchos portent à leur ceinture un long couteau dont ils sont très fiers, et une sorte de béret. L’agneau est vraiment délicieux.

Après le déjeuner, on a prévu une ballade en cheval. Ni moi ni Austin ne sommes de grands fans d’équitation mais je trouve que c’est l’endroit idéal pour redonner aux chevaux une chance de me charmer.

Et c’est réussi! Le feeling passe très bien avec mon cheval appelé Tequila et on passe rapidement au trot.

Et, cerise sur le gâteau, nous apercevons un puma sur le chemin du retour.

Pour notre troisième jour, nous décidons de faire la randonnée jusqu’à la base des tours pour observer de plus près l’une des attractions principales du parc. Jusqu’à maintenant, nous avons eu un temps magnifique, ouvert et sans trop de vent.

Le vent en Patagonie peut être très fort. Les guides nous expliquent d’ailleurs que le vent est la seule raison pour laquelle une randonnée peut être annulée. Mais pour l’instant, nous n’en avons pas eu. Jusqu’à aujourd’hui.

Le sentier arrive au sommet au niveau d’un lac situé à la base des tours. On y arrive enfin, après s’être débattus avec le vent pendant quelques heures. Malheureusement, le temps n’est pas de notre côté et un brouillard épais nous empêche de voir quoi que ce soit.


Deux des personnes qui nous accompagnent décident de redescendre immédiatement sans prévenir le reste du groupe, et le guide se voit donc obligé de les rejoindre plus bas, et nous suivons également… Mauvaise décision, puisque 20 minutes plus tard, alors que nous avons déjà bien entamé notre descente, le vent dégage le brouillard et les tours apparaissent enfin. On maudit intérieurement ces deux personnes qui nous ont privé de notre récompense de la journée…

Mais au final, on relativise puisque nous avons déjà eu beaucoup de chance avec le temps durant notre séjour.

De retour au lodge, nous organisons notre quatrième et dernier jour, réalisant soudainement que cette parenthèse luxueuse s’achève bientôt et que nous allons reprendre notre rythme d’improvisation.

Une question importante se pose; comment continuer notre route vers le nord alors qu’il y a des centaines de kilomètres de glace entre nous et le reste du pays?

Un des guides du lodge nous entend parler de nos plans au bar et se joint à notre conversation. Il connaît très bien la région, et passe une heure à nous expliquer tous les détails de comment se diriger vers le nord en voyageant en bus. Il nous faudrait passer par l’Argentine pour ensuite repasser la frontière à pied pour rejoindre l’extrème-sud de la Carretera Austral. On quitte cette conversation avec trois pages pleines de notes et on est surtout beaucoup plus confiants sur les jours à venir.

Pour le dernier jour, je décide de retourner faire une ballade à cheval (cette fois mon cheval s’appelle Parrandero, c’est-à-dire “fêtard” en Patagonie), tandis qu’Austin et ses parents vont faire une randonnée pour observer des dépôts de calcium qui sont censés contenir l’origine de la vie.

Nous quittons l’Explora Lodge à la suite de ce merveilleux séjour pour retourner à Punta Arenas, où nous partageons un dernier dîner et petit-déjeuner avec les parents d’Austin avant de nous dire au revoir et de continuer notre route vers le nord!

 

Advertisements

Categories: Articles en français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s