De la ville blanche au canyon de Colca

Son nom est Chasseur de Crêpes.

Nous avons rencontré cet adorable petit monstre à l’Oasis de Sangalle, qui se trouve au fond du canyon de Colca, qui est le deuxième canyon le plus profond du monde, qui se trouve près d’Arequipa, qui est une ville très agréable du sud du Pérou.

Mais faisons avant tout un petit récapitulatif: jusqu’à maintenant nous sommes montés au nord de Lima sur la côte jusqu’à la frontière avec l’Equateur (Mancora), nous sommes allés vers l’est au commencement des Andes (Chachapoyas), nous avons exploré la jungle (Lagunas et Iquitos), avant de passer une semaine dans les hautes Andes (Huaraz).

Nous avons traversé tous les climats imaginables. Des étendues désertiques à l’humidité de la jungle en passant par des plages de sable fin, des villes embrumées et les plus hautes montagnes que nous avons jamais vu. Du soleil, de la pluie, de la neige, et même de la grêle. Et pourtant, il nous reste encore tellement de choses à voir au Pérou; nous n’avons pas encore visité le sud du pays, là où la plupart des touristes vont.

Notre première destination dans le sud touristique est donc Arequipa, ville connue pour son climat agréable. C’est la deuxième plus grande ville du Pérou; ses habitants en sont particulièrement fiers et rejettent la suprémacie de Lima en tant que capitale. 

On y arrive dans la matinée après un voyage en bus de 15 heures. Le ville est entourée par quatre volcans dont un encore en activité et le centre historique de la ville est construit avec des pierres volcaniques ce qui lui donne le surnom de “ville blanche”. Les étroites rues du centre sont pleines de monde. Des femmes habillées en costumes traditionnels portant un agneau dans les bras offrent de poser pour des photos pour quelques centimes d’euros, et des représentants d’agences touristiques nous proposent des tours pour le canyon de Colca situé à quelques heures de là.

Plaza de Armas, Arequipa 

Nous sommes là pour profiter de la ville et de ses nombreux restaurants, et on compte explorer le canyon à notre rythme, sans tour organisé.

Canyon de colca

Le bus qui nous emmène au canyon vient nous récupérer à l’hôtel à 3 heures du matin. On fait un arrêt obligé au mirador depuis lequel peut s’observer le fameux condor des Andes en plein vol.

Tous les tours s’arrètent à cet endroit précis; nous sommes donc quelques centaines de personnes essayant de prendre en photo le seul condor qui daigne se montrer ce matin-là.

Suite à cet arrêt, on arrive au début du sentier en haut du canyon. Alors que le reste du bus attend les instructions de leur guide, nous les remercions pour le trajet et commençons notre descente.

C’est une descente de 1000 mètres depuis le haut du canyon jusqu’au petit village de San Juan qui se trouve au bord de la rivière Colca. Le climat est aride dans la région et le paysage durant la descente est très sec. Mais une surprise nous attend au bout; San Juan et les abords de la rivière sont pleins de vie. Le sentier qui traverse le village est entouré de végétation tropicale et nous offre un paysage de carte postale constitué de fleurs colorées et d’arbres fruitiers en tout genre. Les habitants de San Juan nous aide à trouver notre chemin.

Le pont qui traverse la rivière Colca pour rejoindre San Juan


Arrivée à San Juan

Depuis San Juan nous continuons notre trajet vers l’oasis de Sangalle; il nous faut remonter l’autre flan du canyon depuis la rivière. Le sentier passe par deux autres villages et on observe en chemin les aqueducs qui permettent de remonter l’eau de la rivière vers ces communautés.

Nous atteignons finalement le point le plus haut de la journée où se trouve un petit magasin. On en profite pour boire de l’eau fraîche et pour admirer la vue. Le fils de cinq ans du propriétaire du magasin nous montre le chemin à prendre pour se rendre à l’oasis, et nous continuons notre route suivant ses conseils.

store.JPG

Après encore quelques kilomètres de plat, le chemin redescend vers la rivière, et on peut désormais voir l’oasis au loin. L’endroit paraît irréel; les couleurs de l’oasis contrastent fortement avec le reste du canyon.

La descente vers l’oasis Sangalle

Nous arrivons à l’oasis et nous y trouvons un groupe profitant des dernières heures du soleil au bord de la piscine de l’hôtel Eden. Ni une ni deux, on se prend une chambre et on met nos maillots de bain pour les rejoindre. Nous passons l’après-midi à se raconter nos aventures respectives et à partager quelques bières bien méritées. Et bien sûr, nous rencontrons Chasseur de Crêpes (baptisé par Austin).

Notre hutte

On s’endort après encore plusieurs heures de vives conversations et de papouilles de chaton. Le lendemain, nous continuons notre route vers Llahuar, un petit village connu pour ses eaux thermales.

Sur notre chemin on rencontre des petits perroquets verts posés sur des cactus. On se perd un peu sur des vieux sentiers mal indiqués et nous demandons notre route à un local. Il nous conseille avec un air moqueur “d’utiliser nos yeux” pour retrouver le sentier puisque “c’est pour ça que nous a été donné le don de la vue. Et il fait jour.”

Bien que ces conseils avisés ne nous aient pas énormément aidé, on arrive quelques heures plus tard à Llahuar. Il y a deux hôtels qui offrent leurs services. Un qui annonce en grand “Le seul hôtel avec eaux thermales” et l’autre. On a un peu de peine pour l’autre hôtel, mais on est là pour les eaux thermales.

Nous passons l’après-midi à profiter du beau temps dans la piscine d’eau chaude située au bord de la rivière.

Ce soir là, autour d’un dîner chaud, on rencontre de nouveaux compagnons de route: Christian et Jill, accompagnés d’un chien qui les suit depuis le début du sentier et qu’ils ont nommé Scruff.

Le lendemain matin, alors qu’on vient de commencer notre difficile remontée vers le haut du canyon (1300 mètres!), on a beaucoup de chance et on trouve une voiture qui rentre directement à Arequipa et qui accepte de nous prendre les quatre, plus Scruff.

Nous laissons Scruff chez lui (c’est en fait le chien de l’auberge située au début du sentier où Christian et Jill restaient) et continuons notre route au paysage volcanique vers Arequipa.

Arrivés à destination cinq heures plus tard, on s’installe à une terrasse pour quelques bières artisanales. Le soir-même, nous nous rendons à un restaurant appelé Zig Zag qui propose plusieurs types de viandes cuites sur pierre volcanique. Chaque viande a un petit drapeau avec le nom et le dessin de l’animal dégusté. Excellent.

Il ne nous reste plus que quelques heures à Arequipa, et j’en profite pour visiter le monastère de Santa Catalina. J’en reste bouche bée: c’est un endroit magnifique, comme un petit village situé dans Arequipa, constitué de plusieurs rues et places colorées, de jardins bien entretenus, et de vestiges très intéressants de la vie des nonnes qui y habitaient, comme une énorme cuisine et une infirmerie ou ils restent encore des fioles de médicaments d’époque.

Arequipa est une ville formidable mais il est temps de nous rendre a Cusco, coeur touristique du Pérou.

Chasseur de Crêpes et Scruff vont nous manquer, Christian et Jill aussi.

Advertisements

Categories: Articles en français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s